Perpétuer le souvenir du passage de Tintin, du capitaine Haddock et de Milou à Saint-Nazaire...

Accueil > Tintinophilie > Tintinologie > Le pari d’André-Pierre Szavkvary

Traducteur et éditeur de Tintin en Roumanie

Le pari d’André-Pierre Szavkvary

Publier tous les albums d’Hergé avant ses 77 ans !

mercredi 8 août 2007, par Henri Gillet

- " Tonnerre de Brest ! Voilé Tintin en roumain ! "...
- Ambassadeur de France en Roumanie, Hervé Bolot ne pouvait guère mieux saluer la parution du premier album en langue roumaine du jeune héros, lors de sa présentation à l’Institut culturel français de Bucarest, début 2006.

Il �tait grandement temps : depuis des d�cennies, les aventures du seul � v�ritable rival fran�ais capable de se mesurer � la c�l�brit� du g�n�ral de Gaulle � -d’apr�s les propos m�mes de l’Homme du 18 juin- avaient �t� traduites dans plus de soixante langues, dont le chinois, des dialectes... et m�me en latin ! Seule la Roumanie, pays le plus francophone d’Europe avec la Moldavie, faisait exception.

Cette tardive conversion est due � un septuag�naire parisien, fix� depuis une dizaine d’ann�es � Bucarest avec sa femme, Fran�aise d’origine roumaine. Andr�-Pierre Szavkvary, avait �t� un lecteur d’Herg� quand il �tait enfant mais avait rang� depuis longtemps sa collection d’albums au rayon des souvenirs. Un soir, fin 2004, des amis, de la maison d’�dition belge Casterman, lui avaient lanc� comme une boutade : � Et si tu traduisais Tintin en roumain ? �.

Andr�-Pierre Szavkvary n’est pas homme � se d�filer. Tout comme Tintin, sa vie l’a conduit aux quatre coins de la plan�te et a �t� fertile en �v�nements. Il releva donc le d�fi et d�cida de prendre l’affaire en mains, devenant � son tour �diteur.

La Syldavie imaginaire d’Herg�

Ainsi, en un an, ont vu successivement le jour � Tigarile faraonului � (� Les Cigares du Pharaon �), � Lotusul albastru � (� Le Lotus Bleu �), � Urecha rupta � (� L’Oreille Cass�e �), � Insula neagra � (� L’Ile Noire �). Deux autres albums sont d�j� annonc�s, dont � Le Sceptre d’Ottokar �, un tournant pour l’�dition roumaine puisque l’action s’y situe dans un pays imaginaire, la Syldavie, emprunt� pour une grande part � la Transylvanie et � la Moldavie, tout comme � L’affaire Tournesol �.

Andr-Pierre Szavkvary : As spun chiar n ai mult ! ... Autrement dit, en franais : "Je dirais mme plus !".

Au total, Andr�-Pierre Szavkvary compte �diter l’ensemble des 24 albums de la collection en 3-4 ans, au rythme annuel de 5 � 6. Tout naturellement, il suit l’ordre chronologique pour ne pas d�router le lecteur. Herg� a cr�� ses personnages au fur et � mesure. Ainsi, le Capitaine Haddock n’est-il apparu pour la premi�re fois que dans � Le Crabe aux Pinces d’Or �.

Une exception cependant � la r�gle : les 3 premiers albums de la s�rie (� Tintin chez les Soviets �, � Tintin au Congo �, � Tintin en Am�rique �), tr�s recherch�s par les collectionneurs mais pol�miques car jug�s � l’�poque de leur parution anti-sovi�tiques, racistes et primitifs, fermeront la marche afin de ne pas choquer d’embl�e le public.

Un souci d’autant plus justifi� que la collection a �t� plac�e sous le patronage du minist�re de la Culture et des Cultes roumain, ce qui veut dire qu’elle peut �tre mise entre toutes les mains, recevant ainsi un fort encouragement � sa diffusion parmi les enfants.

Objet de contrebande

La partie est cependant loin d’�tre gagn�e. Tintin n’est pas connu en Roumanie, mais c’est surtout la bande dessin�e dans son ensemble qui y est inconnue. Andr�-Pierre Szavkvary a pris son b�ton de p�lerin et sillonn� tout le pays � la rencontre des libraires. Ceux-ci ne cachaient pas leur �tonnement en apprenant qu’en Belgique et en France, ce genre repr�sentait 25% du chiffre d’affaires de leurs coll�gues, certaines librairies s’y �tant m�me consacr� exclusivement.

Finalement, les albums sont disponibles dans 80 endroits � travers la Roumanie. Le tirage est limit�, de 1000 � 2000 exemplaires. Mais l’�diteur compte sur l’effet cumulatif pour qu’il se d�veloppe : � Quant on a lu une aventure, on a envie de conna�tre les autres, puis peu � peu de constituer sa collection... dans laquelle on se replonge avec bonheur lorsqu’une mauvaise grippe vous cloue au lit �.

Pour l’instant, les lecteurs sont des Fran�ais qui se servent de Tintin comme m�thode d’apprentissage du roumain, y trouvant des clins d’�il qui aident � la compr�hension. Bien s�r, il y a aussi les collectionneurs et, plus �tonnant, les parents roumains fix�s � l’�tranger qui y voient un moyen pour inciter leurs enfants � ne pas perdre le contact avec leur langue maternelle.

D’ailleurs, Andr�-Pierre Szavkvary re�oit des commandes qui ne manquent pas de le surprendre. Parfois, on lui ach�te cinquante albums d’un seul coup, qu’il soup�onne �tre revendus � deux ou trois fois leur prix chez les � capsunari � (� ramasseurs de fraises �) d’Espagne ou d’Italie, pays ou deux millions de Roumains sont install�s. Ce n’est plus Tintin contre les contrebandiers... mais Tintin objet de contrebande !

Qualit�

Toutefois, le lectorat naturel recherch� est celui des enfants roumains de Roumanie. Dans les librairies, peu habitu�es � des ouvrages de cette qualit� -�quivalente � celle que l’on trouve en Occident- ceux-ci tournent avec envie les pages d’un v�ritable album, en couleur, � la couverture cartonn�e et aux feuilles glac�es, qui sent le neuf. Mais cela a un co�t que les parents rechignent souvent � acquitter : 40 RON, soit 11-12 euros, quasiment le double des BD roumaines.

Il s’agit l� d’un sujet de pr�occupation pour Andr�-Pierre Szavkvary.
Jusqu’ici Casterman fournissait les albums qu’il avait en stock -une centaine de milliers pour chacun, r�serv�s aux �ditions �trang�res- avec les bulles pour les dialogues laiss�es en blanc.

Il suffisait alors de les faire remplir par un � metteur en bulles � autochtone... ce qui n’est pas toujours simple, car il faut y faire rentrer un texte parfois plus long. Cette technique a l’avantage de contenir les co�ts qui d�raperaient si, faute de disponibilit� -ce qu’il craint- il fallait faire imprimer sp�cialement une �dition roumaine.

Andr�-Pierre Szavkvary, qui sait bien qu’il ne gagnera jamais d’argent avec cette nouvelle passion, ne tient pas cependant � en perdre. � C’est sa danseuse, s’exclame sa femme qui s’occupe de la gestion de l’affaire. Il a bien le droit d’en avoir une... alors qu’on lui foute la paix l�-dessus �.

Un dictionnaire des jurons

Ses soucis sont, il est vrai, ailleurs. Comment traduire � Bachi-bouzouk � en roumain ? L�, ce n’est encore pas trop difficile... On l’�crit � Basibuzuk �. Mais cela devient beaucoup plus compliqu� quand on passe � � Saperlipopette � (� Mii de drac �), � Empl�tre � (� Jegositor �), � Sacrispan � (� Blestematule �), � Sapristi � (� Fie ai sa fie � ou � La najba �). � Triple cr�tin � devient � Triplu Dobitucule �, et � Tonnerre de Brest �, � Trasnete de tifon �.

Avec l’aide de Dodo Nita, le r�inventeur francophile de la bande dessin�e en Roumanie et l’un des patent�s � tintinologues � de la plan�te, Andr�-Pierre Szavkvary a concoct� un dictionnaire franco-roumain des jurons du capitaine Haddock qui ne fait pas moins de six pages, afin de p�renniser ses expressions au fil des albums.

L’�diteur n’h�site pas � faire le d�placement � Craiova (500 km aller-retour) pour s’entretenir avec lui des termes les plus intraduisibles. Les discussions peuvent durer des heures.

� Moule � gaufre � a pos� bien des probl�mes. Les dictionnaires de vieux fran�ais indiquent que cette invective concernait les individus qui avaient � la t�te mang�e par la petite v�role �. Difficile � faire passer en roumain sans choquer ! Les deux comp�res ont finalement opt� pour � Calup de cozonac � (� Moule � brioche �), terme n’existant pas en roumain, mais compr�hensible et plus acceptable. Une seule expression n’a pas pr�t� � discussion : � Vampir �... Cela allait de soi au pays de Dracula.

Popescu si Popesco

La traduction est le moment cl� de l’entreprise. Pas question de d�former le sens. Tintin a son univers qui s’�croulerait � la moindre trahison. Tous les h�ros de la bande dessin�e ont conserv� leurs noms.

La seule fantaisie que s’est permise l’�diteur -et encore s’agissait-il de rendre plus compr�hensibles aux Roumains ces deux personnages- a �t� de transformer les Dupond et Dupont en Popescu si Popesco. � As spun chiar n ai mult ! �... � Je dirais m�me plus � !

Ce n’�tait pas simple de trouver des Roumains impr�gn�s de toutes ces subtilit�s, capables de rendre accessibles � leurs compatriotes le monde de Herg�, ayant �galement le sens de l’humour et de l’�poque. D’autant plus que les dictionnaires franco-roumains actuels se r�v�lent d’une indigence rare.

Tr�sor

Parcourant les � anticariat � de Bucarest, l’�diteur a finalement mis la main sur une �dition de 1920 d’une richesse exceptionnelle (une demi-page consacr�e aux expressions concernant le mot � bouche �) et a demand� aux bouquinistes de la capitale de lui mettre de c�t� les tr�sors du m�me genre qu’ils trouveraient.

Andr�-Pierre Szavkvary a fini par d�nicher deux professionnelles roumaines de la traduction, assistantes � la Sorbonne, dont il revoit et finalise la traduction avec Dodo Nita, avant de confier la finition de ses albums au � metteur en bulles �, un autre Roumain... �migr� � Bruxelles.

D�bordant d’�nergie, l’homme d’affaires devenu �diteur sur le tard poursuivra-t-il jusqu’au bout son d�fi de faire d�couvrir tout Tintin � la Roumanie ? Discret sur son �ge, Andr�-Pierre Szavkvary n’en doute pas : � Je cours toujours dans la cat�gorie des 7 � 77 ans � pr�cise-t-il.


Article publié dans le prochain numéro des Nouvelles de Roumanie.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?